Please reload

Posts Récents

Ce que la thérapie manuelle peut et ne peut pas faire, par Diane Jacobs

April 19, 2017

1/4
Please reload

Posts à l'affiche

Ce que la thérapie manuelle peut et ne peut pas faire, par Diane Jacobs

 

1. Vous ne pouvez changer ou améliorer aucun tissu, ni aucune structure à partir de l’extérieur du corps de quelqu’un (si vous êtes un praticien de thérapie manuelle) : mais vous pouvez le blesser.


2. Toute douleur est une perception ; perçue comme une sensation.


3. On ne peut pas mesurer la douleur, mais seulement le comportement face à la douleur.


4. Il n’y a pas de corrélation directe entre la gravité des dommages tissulaires et l’intensité de la douleur.


5. Il n’existe pas de fibres ni de voies de la douleur. Cependant, il y a beaucoup de neurones sensibles à la nociception qui vont signaler un danger.


6. Il y a plusieurs types de fibres C. Plusieurs sont des fibres C-tactiles, à seuil bas, qui vont signaler des sensations agréables.


7. Les neurones périphériques empruntent les nerfs. Les nerfs ont la contrainte d’être « physiques », et beaucoup de signaux de danger peuvent être la conséquence de leur physiologie et non pas la conséquence de dommage tissulaire ; et même s’il n’y a eu absolument aucun dommage tissulaire (ex : syndrome canalaire).


8. « Nous ne traitons pas l’anatomie, nous traitons la physiologie » (David Butler 2003)


9. Les nocicepteurs ont une activité tonique (statique) constante. Normalement, le cerveau réussi à inhiber ces informations au niveau de la moelle épinière grâce à la modulation descendante et à l’inhibition locale. Sauf quand il n’y réussi plus. Ou lorsqu’il facilite au lieu d’inhiber.


10. La modulation descendante et en rapport direct avec des substances produites par des noyaux du tronc cérébral (ces noyaux réagissent selon le contexte).


11. Notre travail devrait consister à emmener les gens à trouver la façon d’aider leur propre cerveau à rester en contrôle de la situation ; qu’il puisse produire les bonnes substances à relâcher dans la moelle épinière pour inhiber la nociception ; être non-nociceptif soi-même ; encourager le mouvement car le mouvement aide le cerveau et les nerfs à demeurer sains.


12. La réhabilitation sensitive devrait précéder la réhabilitation motrice.


Diane Jacobs 2016

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Retrouvez-nous

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Rechercher par Tags